Qui sommes-nous ? Nous avons besoin de vous Soirée-bénéfice 2017 Efficacité énergétique Des avocats défendent vos droits Des conseillers budgétaires vous aident Des analystes interviennent pour vous Actualités
Chercher dans :

Type de contenu :

Chercher avec :

Actualités

Chroniques

Crédit parallèle : le prêteur sur gage est-il votre allié ?
16 juin 2017
Kevin vit dans un quartier à faible revenu et occupe un emploi précaire. Avec son maigre salaire, il parvient à peine à joindre les deux bouts. Il arrive donc souvent qu’il n’ait pas les fonds nécessaires pour s’acquitter de certaines dépenses essentielles. Il aimerait bien obtenir un prêt dans une institution financière. Toutefois, en ayant omis à maintes reprises de payer le minimum requis sur ses cartes de crédit, cela lui est impossible. Il se tourne donc vers un commerce florissant de son quartier, celui du prêteur sur gage.

Kevin s’y présente avec son téléviseur, qu’il a l’intention de laisser en gage. L’appareil vaut 300 $. Il réussit à en obtenir… 35 $, soit à peine plus de 10 % de sa valeur ! On lui promet de ne pas vendre son bien d’ici à ce qu’il vienne le récupérer, un mois plus tard, en payant 41 $. Si Kevin souhaite laisser plus longtemps sa télé chez le prêteur sur gage, des intérêts ainsi que des frais d'administration et d’entreposage lui seront demandés. À la fin du mois, Kevin n’a toujours pas les fonds nécessaires pour récupérer le précieux appareil. Il choisit donc de laisser sa télé en gage pour un deuxième mois.

Huit semaines plus tard, Kevin veut récupérer son téléviseur. Il doit alors débourser 62 $, car des frais de 20 $ ont été ajoutés. Comme il a 65 $ en poche, il paie. Ce dont Kevin ne se doute pas, c’est à quel point les frais qu’on lui a demandés sont élevés. En fait, puisque la différence entre le montant du prêt et la somme payé pour ravoir le bien deux mois plus tard est de 27 $, Kevin a payé l’équivalent d’un taux d’intérêt annuel de plus de… 400 % ! De plus, s’il n’avait pas récupéré son bien au moment convenu, le commerçant aurait pu le vendre à un prix relativement élevé.

Faire affaire avec un prêteur sur gage était-il de la meilleure option pour Kevin ? Non. Ce type de crédit parallèle doit être évité à tout prix car le consommateur peut y perdre un montant considérable en plus de ne jamais récupérer son bien.

Vous êtes dans une situation financière délicate et vous voulez vous adresser à un prêteur sur gage? Avant de le faire, consultez l’association de consommateurs la plus près de chez vous et demandez une consultation budgétaire (ce service est gratuit). Si vous habitez dans le centre de Montréal, il s’agit d’Option consommateurs.

Vous pouvez aussi consulter le site du Centre de Référence du Grand Montréal afin de repérer les différents organismes susceptibles de vous aider dans votre région.

Pour en savoir plus sur le prêt sur gage, regardez la capsule qu’Option consommateurs a réalisé grâce au soutien financier de l’Office de la protection du consommateur.

Design Web = Egzakt